4.28.2018

Le Chemin de Saint Jacques de Compostelle #5

http://lilikus.blogspot.be/2018/04/le-chemin-de-saint-jacques-de.html

Depuis quelques jours, j'ai une grande envie de repartir sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle. Peut-être est-ce parce que ça fait pile un an que j'y étais ? Le temps passe si vite et pourtant les souvenirs sont encore vivaces dans mon esprit. La sérénité qui m'a petit à petit envahie au cours des journées de marche me manque un peu. Ce nomadisme et cette communion avec la nature me manque beaucoup, ici, en ville.

En ce moment, je suis très active sur un groupe facebook qui s'appelle We are backpackeuses. Il s'agit d'une grande communauté de voyageuses qui partagent leurs expériences aux quatre coins du monde. J'aime beaucoup l'idée de pouvoir s'entre-aider et s'échanger des bons plans à distance. Hier, j'ai vu une question concernant le Chemin et je me suis rappelée à quel point cette expérience avait été enrichissante. J'avais d'ailleurs à l'époque écrit quelques articles qui pourraient être utiles à celles qui se préparent et qui veulent en savoir plus avant de se lancer sur les routes vers Santiago. Je crois que le fait de me replonger dans mes souvenirs me donne encore plus envie d'y retourner.

En retournant fouiller dans mon disque dur, j'ai réalisé que j'avais énormément de belles photos que je n'ai pas encore publiées ici. J'ai passé le plus clair de mes journées dans la nature et j'ai vu énormément de belles choses que j'aimerais partager avec vous.

J'espère que cet article vous plaira, qu'il vous donnera aussi envie d'aventure, de randonnée et de rencontres. Parce qu'il ne faut pas forcément aller loin pour vivre de belles choses et pour voir de beaux paysages. Je conseille à tout le monde de tester une randonnée au long court au moins une fois dans sa vie.

Alors, tenté par l'aventure Compostelle ?
N'hésite pas à me poser tes questions dans les commentaires,
je me ferai un plaisir d'y répondre !

12.23.2017

Des créateurs belges zéro déchets + concours

http://www.lilikus.be/2017/12/des-createurs-belges-zero-dechets.html

Vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre sur les réseaux sociaux et à lire mon blog, ça fait chaud au cœur de voir que tout le travail et l'énergie que je mets dans ce blog soient récompensés par des échanges enrichissants avec vous, merci pour ça

Les fêtes de Noël approchent et j'avais envie de vous faire plaisir cette année en vous offrant quelques jolies créations, mais pas n'importe lesquelles ! Je profite de cet article pour vous présenter 3 marques belges de créations en rapport avec le zéro déchet ou l'upcycling. Je vous fais gagner ces 3 créations au travers d'un concours, les modalités pour participer au concours se trouvent en bas de l'article.

♡ Bohini - Les cache-pots en tissus recyclé


Le zéro déchet, n'est pas seulement le fait d'éviter de produire des déchets, c'est aussi réutiliser des choses destinées à être jetées pour les transformer. Bohini s'inscrit dans cette démarche de récupération de matière pour en créer une nouvelle. Pauline, la créatrice de Bohini récupère des tissus, les découpe et les mets bout-à-bout pour en faire une nouvelle fibre. De cette nouvelle fibre, elle fabrique des paniers et cache-pots colorés et originaux. J'aime beaucoup l'effet brut et irrégulier des cache-pots. Un cadeau ultra original à mettre sous le sapin, car, d'ailleurs, chaque cache-pot est unique et fabriqué par Pauline dans son atelier à Bruxelles.

♡ Koshi - Les mouchoirs en tissus


J'ai découvert la marque Koshi très récemment. Les valeurs véhiculées par Koshi me parlent particulièrement car elles s'inscrivent dans une démarche éco-responsable, sociale et locale. Les mouchoirs sont fabriqués en Belgique et sont 100% coton certifié Oeko Tex (un label qui garanti l’absence de substances nocives pour la santé et pour l'environnement). J'apprécie particulièrement le fait que les mouchoirs soient fabriqués en Belgique par des personnes en réinsertion et les boîtes sont conditionnées dans un atelier protégé. Un projet qui a du sens !

♡ Entrechat de l'aiguille - Les pochettes réutilisables


Alicia, la créatrice de Entrechat de l'aiguille propose des créations en tissus qui s'inscrivent dans une démarche zéro déchets. Au lieu d'utiliser de l'aluminium ou du plastique pour emballer votre lunch, utilisez les pochettes réutilisables dont l'intérieur est enduit - et donc facilement lavable en un petit coup d'éponge. Alicia propose aussi des couvercles de saladier/bol/mug en tissus enduit, toujours réutilisables. Ses dernières créations sont des sacs à tartes/quiches. Les tissus utilisés sont choisis avec goûts, je suis sûre que vous craquerez pour une jolie pochette à motifs pour vos lunchs ! Les produits sont disponibles sur commande et vous pouvez la contacter via sa page Facebook.

****
J'espère que cette sélection vous plait et que vous pourrez continuer dans votre démarche vers le zéro déchet avec de nouvelles idées.

Pour participer au concours, rien de plus simple, vous devez :

1/ Liker les pages Bohini, Koshi, Entrechat de l'aiguille et Lilikus 
2/ M'indiquer dans les commentaires la création que vous aimeriez recevoir. 

Je tirerai 3 gagnant.e.s au sort et j'offrirai les 3 créations à 3 chanceux d'entre-vous !
(concours réservé à la Belgique et la France).

Je clôture le concours le samedi 6 janvier !

RESULTATS DU CONCOURS
 Félicitations à...
Bohini : Charlotte Debraine
Entrechat de l'aiguille : Luisa Mendes
Koshi : Hanoi Alaska 

Veuillez me contacter par email avec votre adresse postale pour que je vous fasse l'envoi :-)
bylilikus@gmail.com

12.10.2017

Parcours responsable Les petites graines

http://www.lilikus.be/2017/12/parcours-responsable-dans-bruxelles-les.html

Les idées fleurissent dans ma tête comme les fleurs au printemps. J'en ai toujours des tonnes, parfois trop pour choisir, tellement je souhaite mener chaque projet à bien. J'ai la chance d'être quelqu'un de super curieux, de proactif, j'ai toujours envie de faire mieux, de bouger, de faire bouger les choses, de partager mes bons plans, de faire se rencontrer les gens entre eux, mais je n'ai jamais vraiment trouvé de projet qui puisse englober tout cela - jusqu'il y a peu. Grâce à une formation en entreprenariat (merci Crédal), j'ai pu mettre mes idées à plat, me challenger, aller au bout de mes idées et finalement revenir à l'essence de ce qui m'anime : rencontrer, partager, faire découvrir.

Un nouveau projet est donc né dans ma tête suite à cette formation. 
Il s'agit du projet Les Petites graines


Vous le savez sûrement, je partage régulièrement sur le blog et sur les réseaux sociaux mes bonnes adresses à Bruxelles, mes produits naturels chouchous, mes découvertes en voyages, mes astuces zéro déchet, bref, ma démarche globale vers un vie plus (éco)responsable. Adepte de rencontres et de partage de mes connaissances, j'ai eu envie d'aller plus loin dans cette démarche et de sortir de la virtualité des échanges de la blogosphère pour proposer des parcours responsables afin de rencontrer les lecteurs de mon blog (et toutes les autres personnes intéressées par ce sujet) pour leur faire découvrir mes adresses "greens" favorites de ma ville, Bruxelles. La dimension rencontre est également très importante dans ce projet car j'aspire à ce que les gens fassent connaissance dans un esprit d'authenticité et de partage lors des parcours. Pas besoin de venir accompagné, vous allez ressortir avec des nouvelles connaissances - et pourquoi pas de nouveaux amis ?

Je passe énormément de temps à arpenter les ruelles de Bruxelles pour y découvrir des petites pépites et initiatives locales, alors pourquoi ne pas partager toutes ces découvertes avec vous et dans la vraie vie ?

Le premier parcours a eu lieu vendredi 8 décembre et visait à faire découvrir des boutiques pour les courses de Noël, toujours dans une optique éco-responsable et durable, donc des produits issus du commerce équitable, durables, naturels (et/ou zéro déchet), des boutiques de créateurs ou du seconde-main.

Je suis vraiment heureuse de pouvoir vous présenter aujourd'hui ce projet qui me tient énormément à cœur et qui correspond totalement à mes envies. Il est finalement la résultante de ces années ou j'ai tenté de monter des projets qui n'ont pas toujours abouti - mais j'aime me lancer, tester, tâtonner, (me planter parfois aussi). J'ai tellement appris de mes erreurs et les graines finissent toujours par pousser et donner de jolis fruits ! D'où le nom que j'ai choisi, Les Petites Graines.

J'espère que le projet vous parle, vous donne envie de participer à un prochain parcours. Sachez que je serais ravie de vous rencontrer, de vous présenter les quartiers que j'aime, les boutiques, les parcs, les cafés, les lieux alternatifs que j'ai dénichés.

****

Je propose également des parcours personnalisés en fonction de vos envies. Je pourrai vous renseigner et vous guider dans Bruxelles pour trouver les meilleures alternatives éco-responsables.

☞ Contactez-moi par email : lespetitesgraines.bxl@gmail.com
☞ Rejoignez LPG sur Facebook : Les Petites Graines
☞ Trouvez les photos des parcours sur Instagram : Les Petites Graines

À bientôt pour une prochain parcours avec Les Petites Graines

11.26.2017

Mes shampoings solides favoris + le low poo

http://www.lilikus.be/2017/11/mes-shampoings-solides-favoris-le-low.html

Depuis le temps que je n'utilise plus de shampoing liquide, j'ai eu l'occasion de tester un tas de shampoings solides (et de ne pas toujours en être convaincue), jusqu'à trouver ceux qui me conviennent totalement pour le moment. Je tiens à préciser que ces shampoings conviennent à mon cuir chevelu mais que cela ne veut pas dire qu'ils conviennent à tout.e.s, ils sont donc à adapter en fonction de votre type de cheveux. Et le secret, c'est de tester, tester, et encore tester, jusqu'à trouver ce qui vous conviendra.

Tout d'abord, je voulais vous parler du no poo qui est entré dans ma vie depuis quelques années. Je m'y suis intéressée à peu près en même temps que ma prise de conscience sur ma consommation. En quelques mots, le no poo a pour but de ne plus se laver les cheveux du tout (non, ce n'est pas sale et non, on a pas forcément les cheveux gras tout le temps). Si vous désirez en savoir plus sur ce mouvement, je vous conseille de rejoindre le groupe Facebook Communauté No Poo, vous y trouverez un tas d'informations pratiques. A vrai dire, je pratique plutôt le low poo, c'est à dire que je me lave les cheveux moins souvent qu'avant avec des produits naturels (et adaptés à mon type de cheveux). 

J'ai commencé à utiliser des shampoings solides dans une idée de réduction de mes déchets (exit les bouteilles en plastique renfermant mon shampoing liquide). Ensuite, je me suis vite rendue compte que mon cuir chevelu allait beaucoup mieux qu'avant et que je pouvais commencer à espacer les shampoings. C'était dû au fait que ces shampoings solides étaient beaucoup moins décapants que les shampoings que j'utilisais avant. J'ai donc commencé à m'intéresser à la composante de shampoings et à me rendre compte qu'on pouvait avoir de très beaux cheveux en pleine santé en utilisant des cosmétiques à base de produits naturels !

****

♡ Indigène

Il y a quelques mois, je découvrais la marque de cosmétiques bruxelloise Indigène et leur shampoing au rhassoul. J'avais beaucoup d'attentes concernant ce shampoings car je commençais à me lasser du Lamazuna (que j'ai pourtant adoré utiliser pendant un certain temps). Finalement, le shampoing Indigène a remporté le prix du meilleur shampoing car je n'utilise (presque) plus que celui-ci depuis. Par contre, je combine deux shampoings en même temps car j'ai remarqué que l'Indigène seul m'assèche un peu la pointe des cheveux si je l'utilise à chaque shampoing.
Désolée pour la tête de mon shampoing : il a déjà été bien utilisé, je dois d'ailleurs bientôt en racheter un !

♡ Pachamamaï

Dernièrement, j'ai trouvé au magasin Day by Day (qui ne vend que des produits en vrac) le shampoing solide Pachamamaï ! Je n'avais encore jamais testé cette marque car il me semble qu'elle n'était pas encore distribuée en magasins en Belgique. J'ai opté pour le shampoing solide démêlant. Je ne l'utilise pas sur mes racines car j'ai remarqué que je ne tenais que 3 jours entre les shampoings si je me lavais entièrement les cheveux avec celui-ci. Il est démêlant, mais il rend les cheveux plus gras, plus vite en utilisation sur cuir chevelu.


La combinaison gagnante : ce sont les shampoings Indigène + Pachamamaï ! J'utilise l'Indigène sur mes racines (le rhassoul est super contre les cheveux gras) et le Pachamamaï sur les pointes (pour l'effet démêlant/lissant).

Résultat : j'ai réussi à espacer mes shampoings à 5 jours alors qu'avant je ne tenais même pas 3 jours ! L'effet est quand même assez bluffant.

Je pense aussi que c'est dû au fait que mon rapport aux "cheveux gras" a changé. Avant, si j'avais les racines un tout petit peu grasses, je les lavais alors que maintenant j'ai trouvé des techniques pour me sentir bien même si ils ne sont pas super propres. Et finalement, en général personne ne remarque si j'en suis à un jour de shampoing où au 5ème jour !

****

J'espère que cet article vous sera utile si vous êtes en transition vers la cosmétique naturelle et que vous commencez à vous intéresser aux alternatives des shampoings liquides.

Si vous êtes déjà dans le mouvement, quelle est votre routine shampoing solide, arrivez-vous à espacer vos shampoings ? Comment gérer-vous vos cheveux quand ils sont gras ?

11.19.2017

Dépenser de manière plus consciente

http://www.lilikus.be/2017/11/depenser-de-maniere-plus-consciente.html

Depuis mon plus jeune âge, mes parents m'ont sensibilisée à la valeur de l'argent.  Chaque semaine, je recevais exactement le même montant qui devait couvrir mes repas à l'école et si il me restait de l'argent à la fin du mois, je pouvais en faire ce que je voulais. Ils ont été très clairs dès le début : pas de supplément, (même si je les suppliais à genoux). J'ai donc très vite appris à gérer mon argent de poche toute seule et à trouver des stratagèmes pour économiser et pouvoir m'offrir ce que je voulais. De nature plutôt économe, il est vrai que je n'ai jamais vraiment fait d'achat complètement déraisonnable. N'ayant non plus aucun attrait pour les marques, je n'ai jamais craqué pour des accessoires hors de prix ou bien j'étais suffisamment créative pour trouver ce que je cherchais en seconde main.

Je me souviens avec émotion lorsque j'ai gagné mon premier salaire (en job d'étudiant) et que j'ai pu m'offrir le sac à dos sur lequel j'avais des vues depuis des semaines ! J'étais super fière de l'avoir acheté avec l'argent que j'avais durement gagné.

Mon rapport à l'argent est donc assez serein et de manière générale et je fais plutôt attention à mes dépenses.

Dans cet article, je voulais partager quelques astuces qui m'ont été utiles concernant la gestion de mes finances et la manière dont je vois les choses maintenant que je tends de plus en plus vers le minimalisme (j'en parle aussi ici). Car le minimalisme a énormément d'avantages dont celui de faire de sacrées économies !

****

♡ Vérifier exactement où partent les dépenses

Il est très difficile de se rendre compte d'où part notre argent, car, la plupart du temps, on fait des achats qui nous semblent insignifiants ; des courses, du pain, un café avec une copine, une bière entre potes. Mais au final, toutes ces petites dépenses mises bout à bout représentent des sommes importantes dont on a pas forcément conscience.

Quand j'ai commencé à avoir des dépenses fixes (loyer, charges, etc), je me suis mise à noter régulièrement tous mes achats (quand je dis tout, c'est vraiment tout, le moindre euro qui sort de mon porte-monnaie). Je note ce que je dépense au fur et à mesure dans une appli sur mon téléphone et je rentre mes dépenses toutes les semaines dans un tableau Excel. Ça peut paraître un peu control freak mais c'est très efficace et ça rend les choses beaucoup plus concrètes. A la fin du mois, je fais un bilan sur mes dépenses et je vois exactement ce qui peut être amélioré et si je dois faire attention le mois d'après ou pas.

♡ Trouver des alternatives de seconde main

Je suis une grande convaincue des achats de seconde main (ici pour les meilleures adresses shopping seconde main à Bruxelles). Ma philosophie : pourquoi acheter du neuf alors que quelqu'un sur cette terre possède peut-être exactement ce que je cherche et ne s'en sert plus ? Acheter d'occasion, c'est super, ça évite de faire marcher les grosses boîtes qui produisent, produisent et produisent encore (alors qu'on a assez, merci !), et... ça coûte moins cher ! Encore une belle manière de faire des économie en préservant la planète.

Dernièrement, je voulais me procurer une brosse à dents électrique, je suis allée voir sur un site de seconde main belge et j'ai trouvé une brosse à dents neuve pour un très bon prix !

♡ Définir ses priorités

A partir du moment où quelque chose est vraiment primordial pour vous, alors mettez l'argent qu'il faut pour cette chose qui vous fait tellement de bien. Il est important de mettre au clair ce qui est vraiment important et ce qui l'est moins. Du coup, face à un choix, il sera plus facile de prendre une décision. Tout le monde a des priorité différentes mais une fois qu'on a bien défini les siennes, tout semble plus évident ! 

J'aime voyager et je sais que si je me prive d'une sortie ou d'un resto, c'est pour me payer mon prochain billet de train pour Paris. Je peux plus facilement me priver d'une sortie resto que d'un voyage, par exemple. Mais ça peut être carrément l'inverse pour quelqu'un d'autre.

♡ Acheter moins

Le minimalisme, est un mot qu'on utilise partout, tout le temps. Mais c'est quoi au fait ? De mon point de vue, je dirais que c'est un état d'esprit qui s'étend à plusieurs domaines de la vie mais qui concerne surtout la consommation en général. En gros, il s'agit de se contenter de ce qu'on a. Arrêter d'avoir envie d'avoir plus ou de croire qu'on sera plus heureux en ayant plus. Forcément, quand on devient minimaliste (ou du moins qu'on s'y intéresse de très près), on commence à revoir sa consommation et on achète moins (ou carrément plus du tout). Je me suis rendue compte que je possédais déjà bien assez de fringues/vestes/objets/plantes qu'il n'en faut pour être heureuse. Du coup, j'achète beaucoup moins. Aussi, comme je me suis désencombrée, je n'ai vraiment pas envie de recommencer à m'encombrer de choses inutiles.

Arrêter de faire du shopping un hobby

Il y a une époque (lointaine) ou je faisais du shopping pour passer "une bonne après-midi". Autant dire que je passais le temps en dépensant mon argent dans des trucs dont je n'avais pas besoin. Quand j'y repense je me dis que c'était bien con. Et je me rends compte que certaines personnes agissent encore de cette manière (tristesse absolue). Au moins je fréquente les rues commerçantes, au mieux je me porte, au mieux se porte mon compte en banque - et tout le monde est content. Finalement, je n'éprouve plus aucun plaisir à passer du temps dans les magasins. Je gagne en qualité de vie car je passe plus de temps à "être" et à faire des activités qui me plaisent vraiment plutôt que de trouver du plaisir éphémère en achetant des babioles. 

Se poser les bonnes questions avant d'acheter 

Un truc primordial pour arrêter de se laisser avoir à acheter des trucs dont on a pas vraiment besoin : se poser quelques secondes avant de passer à la caisse et réfléchir à la nécessité d'acheter ce que vous vous apprêtez à acheter. En ai-je vraiment besoin ? Est-ce que cet objet vaut ce prix ? Pourrais-je trouver une alternative moins chère ? Est-ce un vrai coup de cœur ? Cet objet va-t-il durer dans le temps ?

****

L'argent est un sujet délicat et chaque personne dépense de manière différente. J'espère que ces quelques conseils vous seront utiles pour une consommation plus en conscience. Et si ça vous donne des idées pour faire quelques économies, c'est encore mieux !

Comment gérez-vous vos achats ? 
Quel rapport avez-vous à l'argent ?

11.14.2017

La box cosmétique écolo-éthico-vegan GreenMeow

http://www.lilikus.be/2017/11/la-box-cosmetique-ecolo-ethico-vegan.html

Cela fait quelques années que j'ai commencé à désencombrer ma vie. Le zéro déchet, le minimaliste, la consommation en conscience font, pour moi, partie d'un même package. J'ai l'impression qu'il y a une prise de conscience générale qui s'étend de plus en plus (et c'est super) sur le fait qu'on ne peut plus continuer à consommer comme nous le faisons depuis si longtemps. Faire attention ma santé, à la planète et aux animaux sont devenus des points importants dans ma vie et j'ai donc changé ma consommation (alimentaire, cosmétique... et mes achats en général).

La première chose que j'ai commencée à changer, au tout début de cette démarche du "moins pour du mieux" a été de me renseigner sur d'autres alternatives pour réduire le nombre de produits cosmétiques que je possédais dans ma salle de bain et me tourner vers des produits plus naturels que le traditionnel flacon de gel douche que j'avais l'habitude d'acheter. Je pense que la salle de bain est l'endroit où il est le plus facile de commencer cette démarche, ça ne demande pas trop d'efforts et il existe d'ailleurs de plus en plus d'alternatives dans le commerce actuellement.

****

Donc aujourd'hui, j'avais envie de vous présenter une très chouette initiative qui va totalement dans ce sens ; consommer mieux dans le respect de l'environnement, de la planète et de sa santé. Ce projet, c'est la boutique en ligne GreenMeow qui propose également une box avec une très jolie sélection de produits à offrir où à se faire offrir (pour les fêtes par exemple).

C'est Daphné, une jeune bruxelloise qui est à l'origine de l'idée de la box. Voulant proposer une sélection de produits cosmétiques et d'hygiènes "écolo-éthico-vegan", la GreenMeow box* fait particulièrement attention à toute une série de critères. Les cosmétiques sont non testés sur les animaux, ne contiennent aucun ingrédients d'origine animale (on peut donc dire qu'ils sont veganes), et ne contiennent aucuns ingrédients issus de la pétrochimie. Daphné voulait également privilégier les petites marques européennes. De plus, GreenMeow fait attention à la planète en utilisant des emballages de "seconde main" ou recyclés et leurs supports de communication sont imprimés sur du papier recyclés avec des encres végétales chez une imprimeur bruxellois. D'ailleurs, les fiches des ingrédients sont consultables en ligne (et donc ne sont pas imprimées afin d'éviter d'utiliser du papier). Moi, je dis bravo car on sent que les choses ne sont pas faites à moitié ! Il s'agit d'une initiative avec de vraies valeurs qui sont soutenues à chaque maillon de la chaîne.

Je trouve super d'avoir une sélection très pointue de produits cosmétiques à usage quotidien. On peut acheter presque les yeux fermés : si un produit est disponible sur la boutique GreenMeow, on peut être sûr qu'il respecte une série de critères de qualité. C'est dommage que ça n'existait pas il y a quelques années car je me souviens avoir dû vraiment chercher pour trouver des produits naturels de qualité. La box est une bonne idée de cadeau pour les personnes qui ne sont pas encore dans le mouvement slow cosmétique et qui aimeraient s'y mettre et découvrir petit à petit quelques marques éco-friendly.

Le petit détail que j'apprécie : GreenMeow reverse une partie de ses bénéfices à une association bruxelloise pour la protection animale (d'où le nom GreenMeow : Miaou). Un projet qui fait du bien, de A à Z.

J'ai décidé de ne pas vous présenter les cosmétiques qui font partie de la box hiver pour vous laisser la surprise. Je peux déjà vous dire qu'il s'agit de très jolies marques, dont certaines que je connaissais déjà mais aussi des petites découvertes prometteuses. Curieux(ses) ? Y a plus qu'à être sage et à demander à papa Noël de l'apporter sous le sapin !


Quelques informations supplémentaires sur la box

Vous pouvez précommander la box Hiver (6 produits + 1 surprise non cosmétique) qui sera livrée en décembre. Son prix de lancement est de 39,90€ pour la Belgique et de 42,90€ pour la France, l’Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas. La box est trimestrielle, vous pouvez prendre un abonnement de 6 mois (donc 2 box) ou un an (donc 4 box) et elle est également disponible en achat unique. Si ce concept vous intéresse, vous pouvez aller voir ici pour plus d'informations.

****

J'espère que cet article vous aura été utile et que ce genre d'initiative vous parle. J'ai eu la chance de participer au lancement de la box, un évènement organisé par Daphné pour lequel nous avons été super bien accueillies autour d'un délicieux brunch vegan. J'ai aussi fait la connaissance d'autres blogueuses, un chouette moment passé en bonne compagnie ! Finalement c'est ça aussi la blogosphère, des rencontres enrichissantes avec des personnes partageant les mêmes valeurs et intérêts.

Êtes-vous sensibles aux cosmétiques éthiques/naturels ? 
Seriez-vous heureux de trouver cette box au pieds du sapin à Noël ? 
*La box m'a été offerte

10.01.2017

Mes astuces pour faire des rencontres en voyage

http://www.lilikus.be/2017/10/mes-astuces-pour-faire-des-rencontres.html

L'idée de cet article m'est venue de façon très soudaine lors de mon voyage à Lyon. Je venais de demander à une dame de me recommander un bon restaurant et je me suis retrouvée sur une petite terrasse à manger un savoureux plat du jour. Je me suis dit qu'il fallait que je partage avec vous mes petites astuces car je pense qu'elles pourraient vous intéresser. J'ai une manière bien à moi d'appréhender un voyage, qu'il s'agisse de la préparation du voyage ou du voyage en lui-même.

J'ai remarqué que lorsque je voyage (dans mon cas, je suis le plus souvent seule), je suis beaucoup plus ouverte aux autres, j'entame très facilement la conversation avec les personnes que je ne connais pas. Alors que dans ma propre ville, j'aborde des inconnus avec beaucoup moins de facilité. Quand on voyage seul(e), on a pas vraiment le choix, si on ne veut pas rester seul, il faut aller vers les autres. Peut-être est-ce le fait de ne connaître personne et du coup de moins me sentir jugée ? Je ne sais pas très bien, dans tous les cas, je n'ai aucun complexe à demander mon chemin ou à interpeller quelqu'un dans la rue pour lui demander un conseil. 

Dans cet article, je voulais vous parler de la manière dont je prépare mes voyages et vous donner quelques astuces pour faire des rencontres en toutes circonstances, pour que même les plus timides n'aient plus d'excuses pour se lancer en voyage en solo !

♡ Comment je prépare mon voyage

Je fais des recherches sur les activités et adresses en fonction de mes goûts personnels. J'achète très rarement de guide avant de partir en voyage (sauf quand je pars hors Europe). Je trouve qu'avoir un guide peut parfois "gâcher" le plaisir et la spontanéité du voyage.  Comment je fais alors sans guide ? Eh bien je me crée une carte MyMaps dans laquelle j'ajoute au fur et à mesure de mes recherches (sur le net et autre), les adresses que je glane à droite à gauche. Je fais d'une part des recherches sur des blogs et, d'autre part, je n'hésite pas à parler autour de moi de mon futur voyage : j'obtiens donc souvent plein de bonnes infos que je note sur ma carte. J'utilise aussi beaucoup les réseaux sociaux pour demander conseils aux voyageurs ayant déjà visité la ville ou les pays en question (connaissez-vous une bonne auberge de jeunesse / quelles sont vos adresses favorites dans telle ville ?). Je classe toutes les adresses en catégories bien distinctes pour m'y retrouver plus facilement : auberges / quartier à visiter / shopping / resto / café / lunch / musée / balade.  De cette manière, je me crée une petite base de donnée personnelle que je peux consulter quand je suis sur place.

Je poste un "public trip" sur couchsurfing. C'est à dire que je poste un message sur mon profil couchsurfing pour dire que je me rends dans telle ville et que j'aimerais bien visiter avec un local (et éventuellement parfois je demande si un logement est possible). Le site de couchsurfing est super pour avoir des adresses de locaux et pour faire des rencontres sur place. Généralement, je reçois pas mal de réponses. Je fais un tri en fonction des affinités avec certains profils et je garde en tête la possibilité de rencontrer untel ou unetelle quand je serai sur place.


♡ Comment je fais une fois sur place

Je suis souriante, j'ai une attitude bienveillante, je suis ouverte aux opportunités. Tout le monde peut engager une conversation de manière naturelle, il faut simplement changer sa manière de voir les choses : les gens ne sont pas méchants. L'attitude peut tout changer : en ayant l'air fermé, personne n'aura envie de venir vous parler, alors que si vous affichez déjà un grand sourire, les contacts seront d'avance plus faciles.

Si je suis perdue, je demande mon chemin au lieu d'avoir les yeux rivés sur mon smartphone. Se sentir perdu(e) dans une ville qu'on ne connait pas peut engendrer un sentiment désagréable d'insécurité. Pas de panique, le fait d'être perdu est un merveilleux moyen d'engager la conversation de manière naturelle avec un(e) inconnu(e). Choisissez une personne en qui vous voyez un potentiel aidant, une personne qui vous semble à-même de pouvoir vous aider.

J'utilise des questions pour engager une conversation et pour glaner des bonnes adresses. Comme je le disais dans l'introduction de cet article, j'ai demandé à une dame dans une librairie si elle pouvait me conseiller un restaurant dans le quartier ou je me trouvais. Il était midi, j'avais faim mais pas l'énergie d'aller voir tous les restaurants de la rue pour faire mon choix (et le plus souvent me faire avoir). Je suis rentrée dans la première boutique que j'ai croisée pour poser ma question : où trouver un bon resto dans le coin ? Elle était ravie de pouvoir m'aider et m'a tout de suite recommandé une adresse du quartier. J'ai débarqué dans une petite ruelle où je n'aurais jamais eu idée d'aller sans son bon plan. Et pour couronner le tout : le resto était agréable et bon ! Il n'y a rien de mieux que de demander aux personnes sur place pour avoir une bonne adresse. Et il ne faut pas hésite à improviser sur le moment !

Je parle avec les voyageurs de l'auberge dans laquelle je me trouve. Rencontrer d'autres voyageurs permet de faire des connaissance de personnes qui sont dans le "même mood", ils sont là aussi pour visiter une ville / un pays. Ça me permet de faire des visites sur place en étant accompagnée. Et puis parfois des amitiés se créent et pourquoi pas, envisager un prochain voyage pour revoir son nouvel ami et profiter de son canapé et de ses connaissances sur sa propre ville (eh oui, c'est la magie du voyage !). Concrètement, comment je m'y prends ? Commencer une conversation par un petit compliment (si il est sincère, bien entendu) est un bon moyen d'entamer une conversation par exemple.

****

Il n'y a rien de plus enrichissant que les rencontres en voyage. Personnellement, c'est la chose qui me nourrit le plus quand je sui à l'étranger. Je peux être dans une ville pas très intéressante avec une mauvaise météo, si je suis entourée de belles personnes avec lesquelles échanger sur des sujets intenses, mon voyage est plus que réussi ! En photo pour illustrer l'article : ma nouvelle amie Line qui m'a gentiment hébergée en couchsurfing pour deux nuits à Paris.

J'espère que cet article vous aura donné envie de voyager et vous donnera les clés pour ne plus avoir peur d'aborder les gens et donc de faire de belles rencontres.

Et vous, quelle est votre façon de voyager ?

7.09.2017

Les découvertes du mois de juin

http://www.lilikus.be/2017/07/les-decouvertes-du-mois-de-juin.html

Comme promis, voici différentes choses qui m'ont fait vibrer durant le mois (caniculaire) de juin. J'espère que vous avez profité de ce bel été qui commence et qui s'annonce bien chaud sous les cocotiers (ou pas). De mon côté, j'ai bien surfé sur le net, j'ai découvert de belles initiatives et articles qui pourront peut-être vous intéresser.

UN ARTICLE / le blogging par Mango & Salt

Je suis blogueuse mais avant tout, je suis lectrice de blog. J'ai quelques favorites dont Mango & Salt qui est selon moi, une blogueuse très intelligente qui a réussi de faire de son blog (sa passion) son métier. Et je trouve ça particulièrement admirable. Elle a sorti un article qui parle de "pour qui blogue-t-on ?". Une réflexion intéressante sur le blogging et sur la façon de bloguer. Je me suis souvent posé la question (d'où d'ailleurs ma longue absence sur le blog ces derniers mois). Il m'a semblé intéressant d'avoir le point de vue de cette blogueuse.

UN FILM / A 14 ans

Je m'intéresse beaucoup à l'adolescence en ce moment. J'essaye de me replonger moi-même dans mon adolescence, de réfléchir à ce qui m'a marqué, à quel genre de petite fille j'ai été et comment j'ai vécu le passage de l'enfance / adolescence / âge adulte. Dans le précédent article sur les découvertes du mois de mai, je vous parlais du fait que j'aime les films peu connus. J'ai découvert le film "A 14 ans" qui nous plonge dans le quotidien d'un groupe de jeunes filles de 14 ans. L'adolescence est brutale, violente parfois. Un très beau film qui m'a laissé un drôle de sentiment, ce sentiment de me sentir si loin de cette période et en même encore si proche.

UN BLOG / Un voyage pour la planète

Vous l'aurez peut-être remarqué avec les micro aventures, j'avoue, j'ai vraiment la bougeotte en ce moment. Je cherche avidement sur le net, des initiatives de voyages alternatifs pour peut-être moi-même un jour repartir sur les routes. Il y a des gens qui partent voyager avec un projet qui a du sens, et c'est ça qui m'intéresse. Je me renseigne, je lis beaucoup et je m'inspire. En quelques clics, je suis tombée le blog génial d'un gars qui voyage en van Un voyage pour la planète et qui ramasse les déchets dans les endroits qu'il traverse. Je suis presque tombée de mon fauteuil quand j'ai vu ça car finalement ce sont les idées les plus simples qui sont les plus efficaces. Et bravo franchement pour l'initiative parce qu'il fait ça tout seul et se bouger les fesses pour la planète, c'est vraiment super !

UNE CHAINE YOUTUBE / Let's vamos

Dans le même ordre d'idée de voyage alternatif, j'ai découvert une chaîne YouTube qui me donne vraiment envie de voyager différemment : Let's vamos. Albane et Ice sont deux jeunes filles qui se sont lancé le défi d'aller jusqu'en Sardaigne sans dépenser un seul euro. Elles ont seulement payé leur billet jusque Gène et de là, elles comptent sur leur bonne étoile et sur la générosité des gens qu'elles vont croiser pour atteindre leur but. Je découvre petit à petit qu'il existe énormément de projets de voyages différents et je me sens inspirée en voyant toutes ces belles initiatives.

UN PROJET INNOVANT / Leax les culottes recyclées

Saviez-vous que dans l'industrie textile, 20 à 30% des tissus qui servent à la confection de vêtements ne sont pas utilisés ? Ces chutes vont directement à la poubelle ou sont incinérées. Pour lutter contre ce gaspillage, Leax, marque de prêt-à-porter française a décidé de réutiliser les chutes issues de leurs collections précédentes pour lancer une gamme de petites culottes. Les chutes sont en coton 100% biologique et toutes les étapes de la fabrication sont faites en France. De plus, pour chaque achat, Leax s'engage à ramasser 500g de déchets dans les massifs français. C'est pas un projet génial tout ça ? J'ai d'ailleurs la chance d'avoir été sélectionnée pour être l'une des ambassadrices culottées de la marque. Je pourrai donc tester les produits en avant-première et vous faire part de mon avis ! Si vous voulez soutenir ce super projet, vous pouvez y contribuer en participant à la campagne Ulule. Projet à suivre donc...

UN LIVRE // Marche avant d'Alexandre Poussin

Logiquement, je ne pourrais pas vous parler de ce livre tant que je ne l'ai pas terminé. Mais je suis tellement enchantée de cette lecture que j'ai trop de hâte de la partager avec vous ! J'ai trouvé ce livre au rayon 'voyages' du pêle-mêle et la quatrième de couverture m'a tout de suite intriguée : un type qui part marcher en Afrique pendant 4 ans avec sa femme ! Une histoire de dingue ! J'avais envie d'en savoir plus. Le récit est super touchant, il allie humour et réflexion philosophiques sur la vie. Son témoignage résonne particulièrement en moi, il a su trouver les mots juste sur les sensations ressenties lors d'une longue marche, sur des choses que j'ai moi-même vécues lors de mon périple sur le Chemin de Saint Jacques Compostelle. Pour tous les aventuriers dans l'âme, à lire de toute urgence !

J'espère que cette petite sélection vous donnera des idées pour vos propres projets !
Belles vacances qui commencent à tous

7.07.2017

Ma théière isotherme Qwetch

http://www.lilikus.be/2017/07/ma-theiere-isotherme-qwetch.html

Je vous parlais de ma gourde Qwetch dans l'un de mes précédents articles sur le zéro déchet. Ravie par la qualité de celle-ci et de son utilisation plus que pratique au quotidien, j'ai voulu tester un autre produit de la marque, il s'agit de la théière isotherme nomade. Merci à Qwetch pour l'envoi, je l'adore déjà !

Qwetch, ce sont des solutions isothermes, nomades, utiles, pratiques mais aussi et surtout saines et durables. Durable, car ce sont des contenants et accessoires lavables et réutilisables à l’infini. Fini les box en carton, les couverts et bouteilles en plastique qui génèrent des tonnes de déchets engloutis chaque jour. Responsable, car les contenants sont tous fabriqués dans des usines sélectionnées et gérées en direct pour leur démarche qualité et leur engagement au niveau social.

En bref, une marque qui me plait beaucoup ! De plus, avouons-le, leurs produits sont canons ! Ma théière nomade en liège m'a directement tapée dans l’œil. Je craque pour son design "naturel" et son toucher hyper agréable.


Quelques mots sur la théière nomade en Liège

Ma théière est en inox (parois intérieure et extérieure), elle est isotherme et a une contenance de 300 ml (je trouve que c'est parfait pour du thé). Elle propose deux processus d’infusion (voir photo) : un filtre long pour une infusion temporaire, et un filtre court pour une infusion permanente. Soit j'infuse le thé à la maison le matin avec le filtre pour infusion courte et je le retire une fois qu'il est assez infusé, soit j'utilise l'infusion longue ; le thé est alors placé directement dans la théière (il y reste toute la journée) et le filtre permet de ne pas avaler les particules de thé. Personnellement, je n'utilise que l'infusion courte car je déteste les thés trop infusés. Bon à savoir également, la théière convient également pour du thé glacé ! Il suffit  d'ajouter des glaçons après l'infusion. Qu'il soit chaud ou froid, elle gardera votre thé à bonne température pour la journée.

♡ Son utilisation pour du thé glacé

J'ai justement reçu 3 échantillons de Kusmi tea thé glacé que j'ai testés dans ma nouvelle théière. Une chose à savoir, il vaut mieux infuser le thé à température ambiante, ça permettra au thé de garder toutes ses vitamines et ça évitera le goût amer du tanin. Un sachet Kusmi convient pour une seule infusion, le laisser infuser 7 minutes puis ajouter des glaçons et laisser refroidir. On peut également ajouter des fruits comme des framboises ou une rondelle de citron et de la menthe (et placer le filtre court pour ne pas avaler les morceaux). Et pour un goût encore plus gourmand, ajouter une petite touche de sirop d'agave, de miel ou de sirop d'érable. Une fois bien frais, je referme le couvercle et je peux l'embarquer pour ma journée !

****

Si vous voulez vous procurer la théière nomade Qwetch* ou un autre produit de la marque, bonne nouvelle, le code LILIKUS15 vous donne 15% de réduction pour tout achat sur le site Qwetch attention, c'est jusqu'au 30 juillet 2017 alors profitez-en ! Surprise, je vous ferai prochainement gagner la théière en liège restez connectés à mon compte Instagram !

J'espère que cet article vous aura donné des idées pour des boissons fraîches cet été !
Quelles sont vos boissons désaltérantes préférées ? 

*Merci à Qwetch pour ce partenariat

6.28.2017

Des perles en céramique pour assainir l'eau

http://www.lilikus.be/2017/06/des-perles-en-ceramique-pour-assainir.html

Une lectrice de mon blog m'avait laissé un commentaire sur l'article où je parlais du charbon pour filtrer l'eau disant qu'il existait une alternative plus durable : les perles de céramique. A l'époque, je n'en avais jamais entendu parler. Quelques mois après, je reçois dans ma boîtes aux lettres un petit échantillon de ces petites perles de céramique pour les tester !

Dans cet article je voulais vous en parler plus en détail et vous expliquer à quoi elles servent et comment les utiliser. Si vous voulez plus de détails sur leur composition, les informations techniques sont par ici (y a même une vidéo).

Je ne suis pas chimiste ni spécialiste en la matière alors je vais tenter d'expliquer avec mes mots. Ces perles sont constituée de micro-organismes invisibles à l’œil nu. Dans la nature, il existe des micro-organisme positifs, négatifs et neutres. Actuellement, ce sont les micro-organismes négatifs qui dominent dans de nombreux domaines de la vie, notamment dans l'eau qui sort de notre robinet. Les perles de céramiques permettent de rétablir l'équilibre, pour une eau plus saine.


Elles ont une action purifiante puisqu'elles neutralisent le chlore, le calcaire et les autres éléments nocifs souvent contenus dans l'eau du robinet. Elles permettent à l'eau du robinet de retrouver son équilibre biologique et la qualité de l'eau s'améliore. Les perles apportent également à l'eau un supplément de micro-organismes anti-oxydants qui permettent de lutter contre l'hyper-acidité et de garder une flore intestinale en bonne santé.

Personnellement, j'ai trouvé que l'eau filtrée par les perles de céramiques avaient un bien meilleur goût que celle venant directement du robinet !

Comment ça marche concrètement ?

Il suffit simplement de placer les perles au fond de la carafe d'eau remplie au robinet, soit dans le petit sachet en mousseline bio (qui est fourni avec), soit en vrac (c'est ce que je fais). Pour constater un changement de goût de l'eau, il faut les laisser reposer environs 30 à 45 minutes mais on peut laisser les perles dans la carafe d'eau et les enlever occasionnellement lorsqu'il faut nettoyer la carafe.

▼ Pourquoi suis-je séduite ? 

Les perles sont...

• Durables : les perles ont une durée de vie illimitée
• Ecologiques : plus besoin d'acheter des bouteilles d'eau en plastique qui génèrent des déchets pour la planète
Bonnes pour la santé : on peut avoir de l'eau saine à la maison et à volonté
• Économiques : on achète les perles une seule fois et elles durent toute la vie (12,90€ pour 15 perles)
A usage multiple : les perles peuvent également servir à d'autres usages pour la maison (elles sont disponibles en plusieurs versions). Par exemple, à placer dans un vase pour garder des fleurs plus longtemps, dans l'eau de cuisson, dans un aquarium ou dans une bouilloire pour éviter l'apparition de calcaire.

... et elles donnent vraiment un très bon goût à l'eau !

Merci aux Verts Moutons pour le test (♡), ça fait quelques mois que j'ai remplacé le charbon par les perles de céramique et je suis vraiment séduite par leur utilisation.

Avez-vous déjà entendu parler de ces perles ?
Qu'utilisez-vous au quotidien pour assainir votre eau du robinet ?
Seriez-vous tentés de tester les perles en céramique ?